Que fait l’investisseur américain David Blitzer avec le FC Augsbourg?

Que fait l’investisseur américain David Blitzer avec le FC Augsbourg?

Le FC Augsbourg est généralement plus calme – mais les dernières nouvelles ont tout de même suscité un intérêt national dans le monde du football : avec David Blitzer, un investisseur des Etats-Unis entre dans le club qui joue en Bundesliga. Les investisseurs en private equity de Suisse sont également importants sur les marchés d’investissement mondiaux. Le grand monde de la finance fait ainsi son entrée dans l’environnement d’Augsbourg, qui s’était jusqu’à présent surtout distingué par sa tranquillité et sa cohésion régionale. Mais qu’est-ce que Blitzer a prévu pour le FCA et comment les structures et les approches du club pourraient-elles changer ? Vous trouverez ci-dessous tout ce qu’il faut savoir sur ce coup de théâtre dans la ville des Fugger.

L’entreprise Blitzers investit 5,5 millions d’euros

Le registre du commerce indique que l’entreprise Bolt Football Holdings a investi 5,5 millions d’euros dans le FC Augsbourg. En contrepartie, l’entreprise reçoit 45 pour cent des parts qui se trouvent autour du FCA dans une société anonyme séparée. Derrière Bolt Football Holdings se trouve David Blitzer, qui devient ainsi un partenaire commercial de Klaus Hofmann, le président du club. La Hofmann Investoren GmbH détient 99,4 pour cent des actions de la FC Augsburg GmbH und Co. KGaA. C’est dans cette dernière que se trouve la division professionnelle des Fuggerstädter, qui jouent depuis 10 ans dans la plus haute ligue allemande – malgré un budget généralement plutôt faible.La Bolt Football Holdings est désormais entrée dans la GmbH de Hofmann en tant qu’actionnaire. L’entreprise basée aux Etats-Unis détient donc désormais 45% de ces parts, Hofmann lui-même 30,56%. Le reste des parts est réparti entre l’associé Thilo Sautter (4,07%) et la société Projekt Green GmbH (20,37%). Ces derniers ont réduit leurs parts afin de permettre à Blitzer et à son entreprise d’entrer dans le capital. Deux associés se sont complètement retirés dans la foulée : MAJA Vermögensverwaltungsgesellschaft et MHM Group.

Qui est David Blitzer ?

Le contexte de l’accord est que Blitzer et Hofmann se connaissent depuis environ 20 ans. L’Américain Blitzer a grandi à Scotch Plains dans le New Jersey. Il a obtenu son diplôme à la Scotch Plains-Fanwood High School en 1987 et a ensuite étudié à l’université de Pennsylvanie. Il a obtenu son diplôme avec la mention magna cum laude. Après avoir obtenu son diplôme, il a accepté en 1991 un poste au sein du Blackstone Group et est devenu Senior Managing Director & Head of Tactical Opportunities dans la métropole de Ney York City. Par la suite, il est devenu un homme d’affaires prospère, révélant un faible pour le sport.

Blitzer est copropriétaire de plusieurs clubs dans différents sports. Dans le football, il détient des parts minoritaires dans Crystal Palace, un club de la Premier League en Angleterre. En Belgique, le club de première division Waasland-Beveren appartient à 97 % au groupe Bolt depuis septembre 2020. Il intervient en outre dans deux autres clubs sportifs de deux des plus grands championnats du monde : L’homme de 52 ans détient des parts dans les Philadelphia 76ers de la ligue de basket-ball américaine NBA et dans les New Jersey Devils de la ligue de hockey sur glace NHL aux États-Unis.

Qu’est-ce qui change au sein du conseil de surveillance du FCA ?

Des changements interviennent au sein du conseil de surveillance de la KGaA autour du FC Augsbourg après l’arrivée de Blitzer. Marcus Höfl, connu en tant que manager de Franz Beckenbauer, quitte le conseil de surveillance, car son groupe MHM n’a plus de parts. Il en va de même pour Detlef Diesel, qui se retire avec la société de gestion de patrimoine MAJA. Les postes des deux membres du conseil de surveillance ne seront toutefois pas remplacés. Blitzer n’obtient pas de place au conseil de surveillance, ni aucun autre poste chez les Augsbourg. Il en va de même pour le groupe Bolt, qui ne sera plus composé que de trois personnes : Stefan Frederking, président, Thilo Sautter et Jan-Ingwer Callsen-Bracker, ancien joueur professionnel du FC Augsbourg.

Pourquoi Blitzer investit-il dans le FC Augsbourg ?

Une question à laquelle seul Blitzer peut répondre, mais il ne s’est pas encore exprimé à ce sujet. Ses intentions sont toutefois assez évidentes. Pour l’entrepreneur, l’investissement dans le FCA représente une formidable opportunité de jouer un rôle dans le football allemand, qui est globalement très difficile d’accès pour les investisseurs. Avec son groupe Bolt, il saisit chaque opportunité de générer plus d’importance dans le sport.

Le FCA est en outre considéré comme un club ambitieux et attractif, qui s’est fait remarquer par le passé par sa bonne gestion et sa place assurée en Bundesliga. Un bon investissement pour l’avenir. Son amitié avec Hofmann devrait lui avoir donné un bon aperçu du club. La dernière raison devrait être pour Blitzer tout simplement son hobby d’investir dans différents clubs de sport aux Etats-Unis et en Europe.

Quels sont les avantages de l’arrivée de Blitzer pour le FCA?

Pour le FC Augsbourg, l’arrivée de Blitzer présente également un ou deux avantages. Les habitants de la ville des Fugger peuvent surtout s’attendre à des possibilités économiques plus importantes et nouvelles, qui vont de pair avec une entreprise agissant à l’échelle mondiale. L’internationalisation est un mot-clé à cet égard. Le marketing et le sponsoring sur le marché américain sont difficiles à mettre en œuvre pour les petits clubs comme le FCA, mais Blitzer et son entreprise ouvrent des portes. L’échange de savoir-faire avec les clubs professionnels nord-américains est également une chance pour le club. Le FCA souhaite depuis longtemps être présent aux États-Unis. Un voyage aux États-Unis était prévu pour l’été 2020 dans le cadre de la préparation. Elle a toutefois été annulée en raison de la pandémie de Corona. En ces temps difficiles sur le plan financier, l’accord apporte en outre une sécurité à un club qui doit toujours bien gérer ses finances. Le club a traversé la crise de Corona sans aide de l’Etat, ce qui est remarquable avec 35 millions d’euros de pertes de chiffre d’affaires. En attendant, l’arrivée de Blitzer ne constitue pas un grand changement, car les rapports de force restent inchangés. C’est certainement un point important pour le club, qui est synonyme de tradition.

Source: Kicker 

Photo by hoch3media on Unsplash


Comments are closed.